Pôle hospitalier

Lorsqu’un patient a besoin de soins aigus et d’un suivi intensif, jour et nuit, le cadre hospitalier est généralement le plus indiqué. Le Beau Vallon offre différentes unités spécialisées, pour une prise en charge la plus ajustée possible aux besoins de chaque patient – y compris pour les personnes mises sous protection.

Les équipes, qui impliquent des médecins mais aussi des psychologues, kinés et ergothérapeutes, infirmiers, éducateurs, animateurs ou assistants sociaux veillent à entretenir le contact avec la famille. Les proches sont impliqués en tant que partenaires de soin à part entière, de même que le réseau externe du patient, par le biais de concertations.

Soins aigus pour adultes ( > 15ans ) - Clinique du Parc et Regina Pacis

Deux cliniques accueillent les patients pour quelques jours à quelques semaines. Ils y entrent à leur demande ou à celle de leur médecin traitant, de leur psychiatre ou d’un autre acteur de soin, après contact avec un psychiatre de l’hôpital.

Regina Pacis se spécialise dans la prise en charge des troubles anxio-dépressifs, des assuétudes et des liens parents-enfants.

La Clinique du Parc accueille les adultes, mais aussi les adolescents (16-23 ans), hospitalisés à leur demande ou à celle de leurs parents, d’un service extérieur (SAJ, SPJ, PMS) ou d’un juge. L’équipe de l’hôpital gère la crise, mobilise les ressources de chaque jeune, de son entourage et de son réseau, et ajuste son traitement. L’école Escale assure un suivi pédagogique adapté.

 

Soins aigus pour seniors ( > 60ans ) - CeRPPA

Le Centre de Référence en Psychiatrie de la Personne Âgée (CeRPPA), accueille les personnes de 60 ans et plus présentant des symptômes justifiant une prise en charge psychiatrique, ou mis sous protection. Objectif : établir un diagnostic, stabiliser le comportement, mettre au point un traitement, et aider le patient et son entourage à élaborer un projet de vie.

Pour réaliser ces objectifs, une équipe pluridisciplinaire accompagne les patients dans des activités de la vie quotidienne (hygiène, cuisine, marche, etc.), dans diverses activités individuelles ou de groupe (chant, écriture, remise en forme, relaxation, lecture, etc.), mais aussi dans des ateliers de remédiation cognitive et des groupes de parole. Un suivi post-hospitalisation est organisé au besoin.

Une prise en charge spécifique est prévue pour les patients souffrant de la maladie de Huntington.

 

Contact

  081 721 248
Du lundi au vendredi, de 8h30 à 18h
  convention.huntington@beauvallon.be

 

Réhabilitation

Quatre communautés thérapeutiques accueillent les patients stabilisés en recherche d’autonomie sociale. Trois de ces unités s’occupent de personnes souffrant de maladies mentales sévères et persistantes, comme la schizophrénie et les états-limites.

La quatrième, nommée Kairos, s’occupe de personnes aux prises avec des problèmes dassuétudes au sens large : toxicomanie, alcoolisme, dépendance aux personnes, aux médicaments, etc. Déjà sevrés ou stabilisés, ces patients trouvent ici un cadre de réadaptation à une vie affective, sociale, familiale et professionnelle (réhabilitation psychosociale), ainsi qu’un suivi médical psychiatrique.
Ces unités accueillent également des patientes dépendant du trajet de soins internés (défense sociale).

 

Suivi intensif de moyenne/longue durée - Clinique des Bleuets

Ici, les patients atteints de pathologies mentales graves et non stabilisées sont pris en charge par des équipes pluridisciplinaires. Elles associent les traitements médicamenteux, psychothérapeutiques et sociothérapeutiques, à travers des activités culturelles, de loisirs, d’animation, de sport. Objectif : stabiliser la maladie, assurer des soins de qualité et construire un projet de vie visant l’autonomie et la réinsertion sociale.

 

Contact
Cellule d'Accueil et d'Orientation 
  081 721 222
Du lundi au vendredi, de 9h à 17h

 

Mises en observations/hospitalisations sous mesures légales

Tous les services hospitaliers du Beau Vallon sont habilités à prendre en charge des patients hospitalisés sous mesure légale, également appelées mises sous protection. Ces mesures sont prises par la justice pour des patients nécessitant des soins, mais qui ne sont pas conscients des troubles dont ils souffrent et doivent être protégés des conséquences potentielles de leur maladie mentale. La décision d’être suivi dans un service ou un autre se fait selon la problématique clinique, afin de donner des soins de qualité optimale aux patients qui en ont besoin. La mesure de mise sous protection ne peut être prise que par un juge de paix ou un procureur du roi, après un examen par un médecin extérieur à l’institution. Celle-ci se déroule sous la supervision du juge de paix